Bonnes pratiques – Maintenir votre équipement en fonctionnement optimal

Déterminer le taux d’usure des composants grâce aux analyses d’huile

Les analyses d’huiles permettent de déterminer le taux d’usure des composants en fonction des résultats qu’elles fournissent.

Voici quelques exemples d’analyses élémentaires permettant d’identifier des défaillances possibles de certains de vos composants. Ces analyses sont essentielles et permettent d’agir concrètement et préventivement.

Maintenance Cat®- Analyses d'huiles
Tableau d’analyse élémentaire en fonction des principaux constituants

Déterminer si la quantité d’huile s’est dégradée par l’étude de ses caractéristiques

Les analyses de la condition de l’huile permettent de déterminer si la quantité d’huile s’est dégradée.
Il faut donc étudier : la viscosité, la sulfatation, et la nitratation de l’huile car tous les systèmes lubrifiés
risquent des dommages par oxydation de l’huile.

Viscosité

La viscosité est une caractéristique des lubrifiants dépendant de la température, qui décrit la façon dont l’huile coulera. La viscosité est souvent mesurée à 100 degrés Celsius. A une température de fonctionnement élevée, un lubrifiant doit pouvoir conserver une épaisseur de film appropriée. Si la viscosité devient trop faible, une usure se produira dans le compartiment. Si elle est trop élevée, l’huile ne coulera pas vers les zones ayant besoin d’être lubrifiées.

Bon nombre de moteurs diesel sont conçus avec des caractéristiques de viscosité multigrade. Lorsque la température ambiante est faible, la viscosité des huiles multi-grade sera plus faible pour assurer une protection au démarrage. Une viscosité appropriée de l’huile est nécessaire à de faibles températures, pour que l’huile coule suffisamment vite vers les pièces ayant besoin d’être lubrifiées.

A une température de fonctionnement normale, la viscosité des huiles multi-grade est plus élevée pour protéger les éléments mobiles.

Oxydation

L’oxydation se produit dans les huiles de la transmission, des systèmes hydrauliques, du couple conique et du moteur lorsque des molécules d’oxygène s’associent physiquement aux molécules d’huile. L’oxydation provoque :

  • Une viscosité accrue,
  • La formation d’acide,
  • La formation de dépôts.

Dans les moteurs diesel, un lubrifiant oxydé perdra sa capacité à protéger les composants ; en conséquence, les segments de pistons pourraient se coller, un polissage de l’alésage se produire et les soupapes gripper ou coller. Dans les systèmes hydrauliques, les lubrifiants oxydés augmenteront l’usure des pompes et endommageront les soupapes de commande.
Les transmissions Powershift connaîtront des problèmes de patinage de l’embrayage et une usure anormale si l’huile est oxydée.

Sulfatation

Le carburant diesel contient du soufre. Lors de la combustion, le soufre du carburant s’associe avec l’eau pour former de l’acide sulfurique. Les lubrifiants des moteurs diesel modernes sont conçus pour neutraliser cet acide. Toutefois, si l’acide atteint un niveau inacceptable, le lubrifiant sera dégradé et une corrosion se produira. Cette corrosion peut attaquer :

  • Les soupapes,
  • Les guides de soupape,
  • Les segments de pistons,
  • les chemises de cylindres.

Nitration

Une nitration se produit dans toutes les huiles moteur, mais cela ne pose généralement problème que pour les moteurs au gaz naturel. Les composés azotés du processus de combustion augmentent la viscosité de l’huile et réduisent sa capacité de lubrification. La nitration peut provoquer :

  • L’obturation des filtres à huile,
  • Des dépôts sur les pistons,
  • Des dépôts sur les soupapes,
  • Des dépôts sur les carters.